lundi 27 février 2012

GroundCats, une bataille hilarante entre ciel et terre


Le potentiel des plateformes iOS à créer des univers attachants n’est plus à démontrer tant Angry Birds a bouleversé le marché. Voici un exemple de plus avec GroundCats qui délaisse sa partie ludique et préfère se concentrer sur l’humouret son univers graphique. Cela réussit sans trop de mal à nous faire rire, par contre du côté amusement on est encore à la recherche de l’étincelle qui nous ferait revenir sur le jeu.
Des jeux sur iOS il en sort des dizaines par jour, et pourtant il y a encore de nombreuses choses à découvrir et à développer. L’humour par exemple se retrouverelégué au rang de dernier de la classe, pas par absence d’envie mais plutôt parce que les développeurs n’y arrivent tout simplement pas. Soit ils visent un humour puéril qui peine à faire mouche sur un public plus adulte, soit ils l’abandonnent complètement. Avec GroundCats un cap est passé : Newgrounds a mis le paquet sur son univers pour enfin nous faire décrocher un rire sincère. Alors un conseil, évitez d’y jouer dans le métro parisien vous risqueriez de passer pour l’autiste de la rame. Je parle avec l’expérience de la situation. Mais cela prouve que les développeurs ont réussi le pari de nous faire rire.
Jusque là on parle d’humour réussi, mais qu’est-ce que c’est au final GroundCats ? C’est l’histoire débile d’une bataille ancestrale opposant des oiseaux parés au combats aux GroundCats, un mélange ridicule entre des chats et des vers de terre. Ces derniers vivent donc dans les sous-sols terrestres et préparent leurs attaques pour bouffer du piaf coloré. On conviendra donc tous pour dire que c’est du grand n’importe quoi. Et c’est justement la force du jeu, parce que les développeurs décident d’aller plus loin, en utilisant leurs personnages au travers de scènes animées introductives aux minis-jeux. Et là, bingo ! Cela donne un enchainement rapide de gags et de dialogues hilarants. Certes c’est en anglais, mais il n’y pas besoin d’avoir vécu de l’autre côté de La Manche pour comprendre. On est à mi-chemin entre l’humour de dessins animés comme L’Age de Glace, Shrek, et il faut bien l’avouerAngry Birds.
Ces artifices humoristiques nous ferait presque oublier qu’il s’agit là d’un jeu. Enfin, d’une compilation de trois minis-jeux. Oui, trois. C’est bien là où le bât blesse pourGroundCats, du côté ludique. Il n’y a pas grand chose à faire, et on tourne vite en rond car le gameplay est vraiment bancal. Le premier mini-jeu est un ensemble de stages plus durs les uns que les autres, et pour tout dire, il a fallu que je me donne toute la peine du monde pour atteindre le cinquième. On dirige un oiseau que l’on déplace en inclinant l’iPhone et que l’on fait sauter en appuyant sur l’écran. A chaque stage on récupère un nouveau compagnon, ce qui donne une file d’oiseaux à protéger des attaques des GroundCats. Les vers miaulant tentent de nous chopper les plumes pour leur repas en fonçant sur nous avec toute leur famille.
Le deuxième mini-jeu est une partie de survie où tel Rambo durant ses heures de gloire, il faut résister aux assauts incessants des GroundCats en appuyant sur les côtés de l’écran au bon moment pour pas que les chats tout terrain ne nous touchent. Enfin le dernier, est un simple jeu de time-attack, où il faut faire le meilleur temps. Franchement rien de bien amusant en somme. D’autant plus qu’il n’y a pas d’angle addictif ; le high-score n’est pas mis en avant et on répète sans cesse les mêmes niveaux sans intérêt. Il y a bien des succès à débloquer mais ce ne sont pas eux qui vont nous retenir outre mesure.
Notre note : 5/10
Oui j’ai beaucoup ri grâce aux cinématiques. Oui l’univers est travaillé et surprend par son humour. Mais non on ne s’amuse pas plus de cinq minutes. Le contenu est ridicule de profondeur, et le peu de choses disponibles est sans intérêt, et vraiment pas accrocheur. On préfère donc laisser les fendards GroundCats dans les bas fonds des jeux sur iPhone.
Testée sur : iTouch (4.3.4)
Version testée : 1.0
Taille de l’application : 102,2 Mo
Plus : Game Center

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire